A Paris, une « Maison de la diversité » en projet pour seniors LGBTI

Pour lutter contre l’isolement des seniors LGBTI, victimes de discriminations en raison de leur âge mais aussi du fait de leur sexualité, Stéphane Sauvé, ancien directeur d’EHPAD, a fondé Rainbold Society, dans le but de créer une « Maison de la diversité ». Cette Maison, qui devrait être installée à Paris, accueillera les seniors isolés LGBTI, et fonctionnera sur le mode de l’habitat participatif. 

Accompagner les seniors LGBTI pour lutter contre leur isolement et le sentiment d’exclusion, ressenti tant suite à leur entrée dans la retraite que du fait de leur orientation sexuelle : c’est le projet de Stéphane Sauvé, ancien directeur d’EHPAD reconverti dans l’entrepreneuriat social, qui voudrait créer une « Maison de la diversité » à Paris.

Ce lieu, qui ne s’apparente pas à une maison de retraite car s’adressant à des seniors encore autonomes, fonctionnerait sur le modèle de l’habitat participatif. Chaque occupant disposerait ainsi d’un espace personnel, et partagerait avec les autres habitants de la Maison certaines pièces comme la cuisine ou des espaces de vie.

La Maison, dont les plans sont encore dans les cartons en attendant de trouver un lieu adéquat (Stéphane Sauvé indique être en relation avec les services de la Mairie de Paris ainsi qu’avec des bailleurs sociaux) accueillera des seniors LGBTI à la recherche d’un lieu d’accueil et d’accompagnement :

L’objectif est d’offrir aux personnes LGBTI, atteintes d’une double discrimination, celle de l’âgisme et celle de l’homophobie, un endroit où elles se sentiraient bien, en confiance. Le modèle de l’habitat participatif, où certains espaces comme la cuisine sont partagés, permettent de répondre à la question de l’isolement qui touche souvent nos seniors, d’autant plus lorsqu’ils sont LGBTI et n’ont pas d’enfant.

Stéphane Sauvé, qui porte le projet de "Maison de la diversité" pour seniors LGBTI, a été directeur de deux EHPAD dans la région parisienne, et avait auparavant travaillé de longues années chez Bouygues Telecom. (Document remis)
Stéphane Sauvé, qui porte le projet de « Maison de la diversité » pour seniors LGBTI, a été directeur de deux EHPAD dans la région parisienne, et avait auparavant travaillé de longues années chez Bouygues Telecom. (Document remis)

En entendant parler du projet, plusieurs villes de France, dont Bordeaux, Nantes ou Montpellier par exemple, ont manifesté leur volonté d’accueillir elles aussi une « Maison de la diversité ». Selon Stéphane Sauvé, ce type d’habitats participatifs destinés plus spécifiquement à l’accueil des seniors LGBTI, est fréquent à l’étranger :

Il y a beaucoup de maisons de ce type aux États-Unis et au Canada, ainsi qu’en Allemagne. Nous regardons notamment du côté de la maison « Lebensort Vielfalt » du Schwulen Beratung à Berlin, qui comporte une trentaine de logements pour seniors autonomes, dont beaucoup de seniors gays et 20% environ de femmes. La maison est aujourd’hui très prisée, puisque 400 personnes sont actuellement sur liste d’attente. Cela montre qu’il existe un véritable besoin des seniors LGBTI à vivre dans des endroits qui leur sont accueillants et dans lesquels ils ne sont pas jugés !

(Document remis)
La Maison de la diversité cherche encore ses murs : Stéphane Sauvé indique être en relation avec la mairie de Paris et plusieurs bailleurs sociaux parisiens, mais n’exclut pas de faire appel à un promoteur privé. (Document remis)

Le projet de Stéphane Sauvé a bien connu quelques critiques : ses détracteurs dénoncent un risque de « ghettoïsation » d’un lieu avant tout tourné vers le bien-être des seniors LGBTI, au détriment des autres. Mais Stéphane Sauvé se défend de tout communautarisme :

La « Maison de la diversité » resterait un lieu ouvert à tous, qui regrouperait simplement des gens qui veulent vivre ensemble et ne plus avoir à se cacher, à nier une partie de leur identité. Le but n’est pas d’exclure le reste de la population mais d’offrir un lieu différent et bienveillant aux personnes qui en ont besoin, afin d’éviter qu’elles retournent dans le placard.

Nombreux sont en effet les exemples qui illustrent ce manque de considération, voire ce mépris, que connaissent les seniors LGBTI dans des structures d’accueil classiques – et en tant qu’ancien directeur d’EHPAD, Stéphane Sauvé en sait quelque chose :

J’avais dans l’EHPAD où j’étais directeur une dame ouvertement lesbienne, qui avait invité une après-midi des amies qui l’étaient également. Les commérages auprès des autres résidents ont été insistants… Ce genre d’attitudes peut pousser les seniors LGBTI à se cacher, à renier leur identité, dans un moment où l’isolement social est délétère puisqu’il accélère la perte d’autonomie chez la personne.

Des ateliers d’informatique, de création artistique…

(Document remis)
L’association Les Audacieux organise une fois par mois des ateliers et des rencontres entre seniors LGBTI ; tous les publics sont cependant les bienvenus. (Document remis)

En attendant la création de la « Maison de la diversité », pour l’instant en « étude de faisabilité », Stéphane Sauvé a créé l’association Les Audacieux, qui propose des ateliers informatiques intergénérationnels, des débats (notamment autour de la communauté LGBTI), des apéros-débats, des ateliers de co-création, afin là encore de (re)créer du lien social auprès des seniors, et de sensibiliser à l’âgisme et à l’homophobie.

Les participants au dernier atelier organisé par l’association ont par exemple co-rédigé le cahier des charges qui devra être respecté lors de la construction de la future Maison. Signe peut-être que les 1,3 million de seniors LGBTI en France sont véritablement en demande d’un lieu d’accueil qui leur est destiné – et veulent participer à sa création.

Une pensée sur “A Paris, une « Maison de la diversité » en projet pour seniors LGBTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *