Les couloirs de la clinique Sainte-Barbe ont des airs de circuit automobile

La clinique Sainte-Barbe à Strasbourg a eu une bonne idée pour réduire le stress des enfants devant être opérés : ils peuvent conduire une petite voiture électrique qui les emmène au bloc. A la clef : une réduction de l’anxiété pour les enfants et les parents. 

Se rendre en salle d’opération sur une petite voiture électrique plutôt que sur un brancard : c’est ce que propose la clinique Sainte-Barbe, à Strasbourg, à ses petits patients sur le point d’être opérés. Deux voitures électriques sont utilisées par le service ORL de la clinique, deux autres par le service de chirurgie ambulatoire.

Les véhicules, offerts par quatre partenaires réguliers de la clinique Sainte-Barbe, permettent de réduire le stress des enfants, en leur offrant une distraction bienvenue avant les opérations, souvent sujets d’anxiété, tant pour les enfants que pour les parents et le personnel soignant.

(Document remis)
Les petits véhicules ont été offerts par l’Amicale des Sapeurs-pompiers de Strasbourg, l’Adiral, Air à domicile et LVL Médical. (Document remis)

Accompagnés d’un brancardier pouvant reprendre le contrôle du petit véhicule, les enfants qui peuvent bénéficier du dispositif ont entre 3 et 8 ans.

Et ça marche : « Les enfants sont ravis, et les parents sont rassurés, cela fait moins de stress pour tout le monde ! », explique Amandine Martin, infirmière à la clinique Sainte-Barbe à l’initiative du projet.

Autre intérêt, et non des moindres : ce dispositif permet de réduire la prise de médicaments, notamment des anxiolytiques, visant à détendre les petits patients avant l’intervention. Cela facilite grandement le travail des anesthésistes, comme l’explique le Dr Cécile Rivoal, anesthésiste au Centre hospitalier de Valenciennes, à nos confrères de France Télévisions :

D’autres établissements de soin en France, comme l’hôpital de la Timone à Marseille ou encore le CHU de Dijon, proposent également à leurs petits patients des voitures électriques au moment de se rendre au bloc opératoire. L’initiative a également été développée en Chine ou à l’hôpital de San Diego aux États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *