Ma Bouteille s’appelle « Reviens » : consigner le verre plutôt que le recycler

Le projet « Ma bouteille s’appelle Reviens » de l’association Locaverre, dans le département de la Drôme, relance un principe bien connu, pourtant délaissé ces dernières années : la consigne sur les bouteilles en verre. L’idée : récupérer les bouteilles vides des consommateurs et les restituer aux producteurs, afin d’éviter le recyclage et la production de C02.

C’est pourtant du bon sens : pourquoi recycler les bouteilles en verre quand on peut simplement les restituer aux producteurs et leur donner une seconde vie ? Solen Bourgeat, initiatrice du projet « Ma bouteille s’appelle Reviens » lancé en novembre 2017, au sein de l’association Locaverre, en est persuadée : la consigne permet d’éviter le long processus du recyclage, très gourmand en énergie.

Il faut en effet concasser préalablement le verre collecté, et le faire chauffer à plus de 1 500°C. Le procédé utilise énormément d’énergie, simplement pour produire une bouteille identique à celle qui a été recyclée. Le lavage et la redistribution des bouteilles collectées, plutôt que leur recyclage, pourraient ainsi permettre d’économiser 75% d’énergie à l’échelle de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Alors pour mettre en place toute la chaîne de consigne, Solen Bourgeat, la salariée de l’association en charge du projet, et une équipe d’une dizaine de bénévoles, continuent à démarcher grandes surfaces, cavistes et producteurs, pour demander aux uns de mettre en place un système de collecte auprès de leurs consommateurs, et proposer aux autres des bouteilles récupérées.

Le projet a déjà convaincu vingt-cinq brasseurs, producteurs de jus et vignerons des départements de la Drôme et de l’Ardèche, prêts à récupérer des bouteilles vides préalablement lavées dans une centrale de lavage située près de la commune de Tain L’Hermitage.

Mais pour Solen Bourgeat, tout est encore à faire :

Nous prévoyons de lancer le projet d’ici six mois, vers novembre 2018. D’ici trois ans, l’objectif sera d’avoir collecté et redistribué 600 000 bouteilles, ce qui permettra d’éviter la production de 90 tonnes de CO2.

L’objectif pour l’association est également de créer huit à dix emplois locaux, nécessaires à la collecte, le lavage puis la redistribution des bouteilles en verre.

Un projet « Coup de cœur » du ministère de la Transition Écologique

Le projet « Ma bouteille s’appelle Reviens » ne passe en tout cas pas inaperçu : sélectionné parmi 1 174 autres projets dans le cadre du concours « Mon projet pour la planète« , il fait partie des 44 lauréats sélectionnés par le Ministère de la Transition Écologique et de la solidarité, et a reçu un prix des mains de Nicolas Hulot, le jeudi 31 mai.

Le ministère répartira trois millions d’euros entre les projets primés, ce qui devrait permettre à l’association Locaverre et son projet « Ma bouteille s’appelle Reviens » de concrétiser leurs ambitions… et de redonner vie aux bouteilles usagées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *