Cinq effets positifs du confinement (parce qu’il y en a)

Partagez l'article !

En France, après presque deux mois de confinement, où nous étions contraints de rester chez nous pour faire face à l’épidémie du coronavirus, quelques aspects positifs liés à cette période inédite sont à souligner.

1- La réduction de la pollution atmosphérique

Une des premières conséquences positive et visible de cette crise sanitaire que nous traversons est sans doute l’amélioration de la qualité de l’air à Strasbourg et partout dans le monde.

Ce qui s’explique par le ralentissement de l’activité économique et la baisse des déplacements aériens et routiers, provoquant une chute des émissions d’oxydes d’azote et des particules fines. Une vraie bouffée d’air pour la planète et pour nos poumons !

Dans le Grand Est, tous les voyants sont au vert, grâce à une diminution du trafic routier de plus de 70%, selon Atmo Grand Est, qui mesure la qualité de l’air dans la région.

Emmanuel Rivière , directeur délégué d’ATMO Grand Est, nous explique pourquoi nous respirons un air de meilleure qualité depuis le début du confinement :

2 – Une vague d’actions de solidarité

Cette période exceptionnelle a provoqué une vague de solidarité sans précédent dans le monde entier. Et le Grand Est n’est pas en reste ! Retour sur quelques exemples qui auront marqué notre confinement.

À Mulhouse, pas moins de 300 couturières bénévoles se sont mobilisées ! Elles ont fabriqué 40 000 masques pour soutenir le Pôle Textile d’Alsace. L’objectif était de soutenir les 43 couturières du Pôle en cousant des masques homologués et réutilisables. 12 ateliers ont été créés dans la foulée à Baldersheim, Bollwiller, Habsheim, Illzach, Lutterbach, Morschwiller-le-Bas, Pfastatt, Richwiller, Riedisheim, Staffelfelden, Wittelsheim et Wittenheim. Couturières professionnelles, amatrices ou en formation, toutes ont cousu sans épargner leur peine à compter ! 

À Nancy, l’association Un Toit pour les Migrants a connu un soutien jamais rencontré auparavant, avec trois à quatre fois plus de dons qu’à l’accoutumée ! Elle a pu aider comme il se doit les 70 familles et les 50 jeunes qu’elle défend. “La boulangère du quartier nous vend du pain moins cher” a déclaré le bénévole Bernard Roynette, avant d’ajouter que “les liens se sont resserrés dans une ambiance de solidarité très positive”. 

À Strasbourg, à Reims, dans les Ardennes ou encore à Thionville et partout ailleurs dans le Grand Est, des milliers de repas sont distribués gratuitement aux soignants, des centaines d’hébergements sont prêtés gracieusement, des masques et des sur-blouses sont créés et donnés. Et le mot d’ordre est bien la solidarité ! 

3 – Invention de nouvelles manières de créer et d’entretenir les liens 

Le confinement a été l’occasion de déployer des trésors d’ingéniosité pour rester en contact avec ses proches, cultiver des nouvelles relations et chasser l’isolement.

Les plateformes virtuelles telles que Teams, Zoom ou Skype sont devenues nos meilleures alliées ! Entre collègues comme entre amis, elles ont aidé à poursuivre nos activités et à passer du bon temps. Certaines applications ont permis d’inclure plusieurs dizaines de personnes simultanément, d’échanger des fichiers ou encore de jouer à des jeux en ligne. Tout ceci a participé à minimiser les difficultés de la distance.

Cette période très spéciale nous a permis aussi de rencontre de rencontrer les personnes les plus proches de nous au quotidien, mais que nous ne connaissions pas forcément : nos voisins. En effet, combien de personnes ne connaissaient pas leurs voisins avant le confinement ?

Des actions de solidarité mises en place spontanément ont facilité les liens entre voisins, mais également entre jeunes et personnes âgées ou isolées. Certaines innovations comme Familizz ont permis aux résidents d’Ehpad et à leurs familles de communiquer de manière simplifiée.

4 – Une autre manière d’appréhender le temps

Avec le confinement, notre vécu de l’espace-temps s’est métamorphosée.

Forcés à ralentir le rythme effréné de nos quotidiens, nous avons eu l’occasion de passer du temps avec nos proches, de voir grandir nos enfants, de réaliser des trucs qu’on n’avait jamais le temps de faire, ou tout simplement de prendre le temps de ne rien faire et de l’apprécier.

Pour certains, le télétravail a été une révélation ! Pour d’autres, être déconnectés de la vie sociale leur a permis de se reconnecter à eux-mêmes et de revenir à l’essentiel.

Cette nouvelle temporalité a permis aux Français de découvrir leurs talents culinaires, de faire le tri dans les placards ou de consommer mieux au plus près ! En effet, d’après une étude, 45% d’entre eux privilégient désormais les produits locaux et mangent plus sainement.

5 – Valorisation de la santé publique

Peut-être la conclusion la plus pertinente de toutes celles qui peuvent être tirées de la pandémie du coronavirus est-elle qu’il faut investir nécessairement et de toute  urgence dans la santé publique. 

La mobilisation massive des services hospitaliers en juin dernier dans toute la France, a mis en lumière la mauvaise situation de l’hôpital public, cible des réductions budgétaires au cours des 10 dernières années.

Aujourd’hui, les soignants ont quitté le pavé pour faire face à la crise sanitaire. Cependant, la question des moyens n’a pas été résolue. La société exige maintenant que ceux qui sont considérés aujourd’hui comme des héros, obtiennent demain de meilleures conditions de travail pour continuer à sauver des vies.


Partagez l'article !

Aidez-nous avec un don

Si vous avez aimez cet article faites un don !
Même pour 1 €, vous pouvez aider à pérenniser votre média positif Les Défricheurs. Merci.

Faire un don