Comment réduire son impact écologique sur internet

Internet a toujours été associé au dématérialisé pourtant, il représente plus de 4 % des gaz à effet de serre du monde en 2018. Il est difficile d’ignorer l’impact du numérique qui ne cesse pas d’augmenter chaque année. C’est bien le problème d’Internet ; sa croissance ne cesse d’augmenter son impact sur notre planète.

Internet est un outil merveilleux, mais il faut avouer que son utilité ne pèse pas autant que les conséquences de son utilisation et peut être remise en question. Par exemple, un dernier rapport du Shift Project démontre que Netflix émet autant de CO2 que l’Espagne. Notre consommation de données continue à augmenter et ce n’est pas l’arrivée de la 5G qui va changer cette tendance. Mais comment réduire son impact ?

Comprendre les sources de la pollution d’Internet et agir

Toujours d’après le rapport du Shift Project, la pollution du numérique provient à 45 % de la production des appareils. Il est reconnu que plus de 80 % de la pollution d’un smartphone est émise lors de sa fabrication. Plus de 70 matériaux différents et une cinquantaine de métaux différents sont utilisés. Par exemple, le néodyme qui est extrait en Chine provoque des rejets d’eau acide et des déchets chargés en radioactivités. Le reste de l’impact écologique a lieu lors de l’utilisation et du recyclage.

L’action la plus efficace est de conserver les appareils électroniques le plus longtemps possible, limiter l’achat du neuf et ainsi leur donner une seconde vie.

Ainsi, avant d’acheter un nouvel appareil électronique, demandez-vous si vous avez vraiment besoin de cet achat. Il est souvent possible de conserver un appareil sur le long terme en le nettoyant (supprimer des fichiers, réduire le nombre d’application et logiciels), c’est-à dire en changeant ses habitudes.

Si un changement est nécessaire, il est intéressant d’acheter un appareil recyclé, car de plus en plus de services se développent. E-foundation (/e/) par exemple propose des téléphones recyclés qui utilisent une alternative à Google; écologie et vie privée, que demander de plus. De nouveaux modèles existent comme la coopérative Commown qui propose la location d’ordinateurs éthiques. Enfin, si vous voulez du neuf, le Fairphone propose un téléphone fabriqué de manière éthique.

Au lieu de jeter, n’oubliez pas de recycler vos appareils ou de leur donner une seconde vie en les donnant à des associations. Par exemple, Ecosystem.eco propose un outil pour trouver un point de collecte proche de chez vous.

Comment éviter l’obsolescence des appareils ?

Réduire les usages reste la clé pour faire durer les appareils. Pour être simple, le plus écologique est de ne pas utiliser un outil ou un service.

Sur téléphone

  • Sur un smartphone, vous pouvez sûrement réduire le nombre d’applications. Pourquoi ne pas utiliser le site internet de Facebook au lieu de l’application. Votre batterie aura une seconde jeunesse. Les applications sont très gourmandes en énergie. En plus, réduire les applications permet d’augmenter sa vie privée et de limiter l’effet nocif des notifications.
  • Couper le Bluetooth, la localisation, internet, et activer les uniquement si vous en avez besoin.
  • Couper les notifications (votre cerveau en sera reposé).
  • Utiliser un navigateur comme Firefox Focus qui bloque les publicités et limitent le nombre d’onglets.
  • Limiter l’usage du téléphone, vous pouvez l’allumer plus tard et l’éteindre dès votre retour à la maison. Dans la journée, préférez un bon vieux livre plutôt que de regarder un écran. En plus, le réseau 3G et 4G sont plus polluants qu’un réseau WIFI.
  • Pour les plus extrêmes : utiliser un bon vieux NOKIA 3310, effet vintage assuré.

Sur ordinateur

Les mêmes principes s’appliquent, il faut limiter les logiciels installés et ouverts. L’important est de faire durer son ordinateur.

Sur Internet

  • Bloquer les publicités avec un bloqueur de publicités comme Ublock.
  • Plutôt que visiter des sites régulièrement, pensez au flux RSS à la place. Pour ajouter les Défricheurs : flux RSS des Défricheurs.
  • Utiliser les favoris pour enregistrer les sites les plus consultés dans votre navigateur.
  • Pour limiter l’impact des recherches, il est préférable de faire des recherches précises. Sélectionner des mots qui permettent de comprendre votre recherche facilement et limite le nombre de résultats.
  • Éviter de rester connecté sur les sites surtout les réseaux sociaux qui se mettent à jour continuellement (avec encore un bonus de vie privée).
  • Évitez d’ouvrir trop d’onglets dans votre navigateur, ils consomment de l’énergie inutilement.
  • Limiter le streaming, si vous regarder une vidéo plusieurs fois, téléchargées cette vidéo si c’est légal. Pour les films, la location dans une médiathèque est la solution la plus écologique.

En tant que citoyen engagé pour la planète

  • Nos gestes sont importants, mais notre impact est moins important que celui des grandes entreprises qui produisent et poussent cette croissance. Il faut encourager les décideurs à réglementer les abus.
  • Soutenez les alternatives aux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), comme Framasoft ou La Quadrature du Net. Les GAFAM poussent à la croissance d’internet sans limites.
  • Refusez l’obsolescence logicielle en privilégiant des logiciels/marques qui ne demandent pas de changer d’appareil tous les ans.
  • Soutenez les projets libres comme Linux ou LibreOffice. L’ouverture des logiciels limite l’obsolescence.
  • Intéressez-vous à la réparation, au DIY pour comprendre le fonctionnement des appareils et allonger leur durée de vie. Vous pouvez vous inscrire à un Repair Café pour avoir de l’aide pour réparer des appareils.

Il est important de ce souvenir de l’impact du numérique surtout avec le discours dominant sur la croissance en continu, l’admiration pour les startups et la Silicon Valley. Le numérique est polluant. C’est avec un usage raisonné que l’on peut limiter l’impact d’Internet à l’instar du transport aérien. Il faut retenir que ce n’est pas qu’un sacrifice, l’usage raisonné d’Internet a des avantages : une augmentation de la vie privée, un bienfait pour la santé en limitant l’impact nocif des écrans sur notre santé. C’est aussi une chance de concevoir un internet plus éthique, moins centralisé et énergivore. En repensant notre rapport au numérique, nous pouvons construire un futur numérique plus humain.


Aidez-nous avec un don

Si vous avez aimez cet article faites un don !
Même pour 1 €, vous pouvez aider à pérenniser votre média positif Les Défricheurs. Merci.

             

Derek Salmon

Nous cherchons un créer un internet plus accessible et éthique qui soit plus respectueux de la planète et des humains. Illustration de Dagmara Żurek de Pikselkraft

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *