Pollution de l’air : un serious game pour mieux comprendre les enjeux de la qualité de l’air

L’Université Paris-Est Créteil (UPEC) a lancé Airducation, un dispositif de formation en ligne, gratuit destiné à divers publics pour les aider à mieux comprendre les enjeux sanitaires de la qualité de l’air.

Comprendre la pollution de l’air pour agir

Selon lAgence Santé publique France, l’exposition aux particules fines dans l’air que l’on respire, provoque 48 000 morts prématurées par an en France, dont plus de 34 000 seraient évitables.

La pollution de l’air est la troisième cause de mortalité dans le pays, derrière le tabac et l’alcool. La qualité de l’air est un sujet devenu déterminant pour notre santé.

Connaissez-vous les endroits les plus exposés à la pollution de l’air ? Savez-vous comment agir lors de pics de pollution ? Un automobiliste est-il moins exposé à la pollution de l’air qu’un piéton ? Que sont les particules fines ?

Pour répondre à toutes ces questions, le dispositif « Airducation » crée par l’UPEC en collaboration avec Airparif, nous donne les cartes pour comprendre les enjeux liées à la qualité de l’air et pour l’appréhender au quotidien. Il démonte aussi les principales idées reçues liées à la pollution de l’air.

Des parcours adaptés pour chaque public

Avec des exercices interactifs, interviews d’experts, cas pratiques et activités ludiques, différents parcours e-learning on été créés selon chaque public-cible.

Le parcours jeunes prends la forme d’un serious game « jeu vidéo en ligne » afin d’aborder le sujet de la qualité de l’air et ses effets sur la santé par le jeu.

Nous avons contacté Elodie Delwaide-Hervet, ingénieure de Formation Continue à l’UPEC et nouvelle cheffe de projet Airducation. Voici notre échange :

Les Défricheurs (LD) : Comment est né le projet Airducation ? Quelles ont été les principales motivations pour le lancer ?

Le projet est né de la rencontre d’un engagement personnel et de l’expertise scientifique universitaire. Cécile Jahan, porteuse du projet et membre de l’association Strasbourg Respire a toujours été très engagée sur les problématiques de la qualité de l’air et de ses effets sur la santé. Lorsqu’elle est arrivée à l’UPEC au service de Formation Continue, elle avait déjà en tête de travailler sur ce sujet. L’Université dispose d’un laboratoire spécialisé sur ces questions et de professeurs de différents domaines investis dans ces problématiques. Il y a aussi des médecins du CHU Henri Mondor, spécialistes de la qualité de l’air.

LD : Pourquoi avoir choisi le support du jeu-vidéo pour aborder le thème de la qualité de l’air avec les jeunes ?

Il y a vraiment eu plusieurs facteurs qui ont déterminé le choix d’un parcours sous forme de « serious game ».

Au service de Formation Continue de l’UPEC, nous nous intéressons beaucoup à la ludopédagogie. Nous pensons sincèrement que l’apprentissage par le jeu permet d’aborder et de développer des sujets dits difficiles. Les contenus des parcours d’Airducation apportent un bagage scientifique solide aux utilisateurs sur la problématique de la qualité de l’air.

La cible prioritaire de ce parcours étant les jeunes à partir de 14 ans, il fallait trouver l’outil qui leur donnerait envie de s’investir, car c’est là tout l’enjeu se former pour agir.

Finalement, le financeur FEDER (Fonds Européen de Développement Économique et Régional) a déterminé que la formation serait numérique. Le prestataire Fremen Corp répondait totalement au cahier des charges avec cette plus-value d’apprentissage par le jeu. Les choix scénaristiques et la qualité des dessins ont terminé de nous convaincre de choisir ce format !

Parcours jeune – Airducation
LD : Quel est le public visé ?

Airducation regroupe quatre parcours de formation, chacun avec une cible différente : jeunes, citoyens, collectivités et associations, professionnels de santé (médecins, infirmiers, etc.) .

Le module citoyen est destiné au grand public en général. Il est court (20 minutes) et s’intéresse uniquement aux thèmes de la santé et aux bonnes pratiques. Nous espérons qu’il donnera envie aux gens de creuser davantage le problème.

Le parcours jeunes est avant tout destiné aux jeunes scolaires de 14 ans à Bac + 2, que ce soit dans les filières générales, techniques ou professionnelles. Toutefois, que cela soit au niveau des contenus et de la présentation, c’est le parcours que nous conseillons à tout le monde en priorité si on veut avoir une connaissance générale et approfondie de la problématique de la qualité de l’air.

Parcours e-learning d’Airducation
LD : Comment fonctionne ce « serious game » ?

Les joueurs sont immergés dans un univers dans lequel ils sont amenés à enquêter sur des idées reçues relatives à la qualité de l’air et à enquêter sur leur véracité. Le parcours est modulaire : comme pour certaines séries, vous n’êtes pas obligés de voir tous les épisodes dans l’ordre pour comprendre l’histoire.

On retrouve des éléments habituels du jeu vidéo : création d’avatar, équipes, classement… chaque enquête correspond à un module de formation, un objectif pédagogique et une évaluation.

Le serious game s’adresse aux professeurs en situation d’enseignement (tous les modules correspondent à des parties des programmes scolaires de tous les niveaux) et aux joueurs seuls. Des outils ont été développés spécifiquement pour les professeurs : gestion des classes, importation de listes d’élèves, création de parcours spécifiques.

Une vidéo de prise en main de moins de 5 minutes est disponible sur le site Airducation pour les aider à utiliser au mieux toutes ces options.

LD : Quelles sont vos attentes liées à ce projet ?

Les attentes sont différentes selon les publics-cibles, mais la plus importante reste d’apporter la culture scientifique nécessaire aux utilisateurs pour qu’ils puissent, par eux-mêmes, agir en conséquence. D’ailleurs, le premier nom du projet était « Santé et qualité de l’air : connaître et comprendre pour agir ».

Parcours citoyen – Airducation
LD : Pouvez-vous nous en dire plus sur les solutions apportées dans le jeu sur le problème de la qualité de l’air ?

Nous n’apportons pas de solutions « clef en main » dans le dispositif, car notre objectif est tout autre. Nous voulions sortir du discours parfois moralisateur ou dogmatique lié aux problématiques écologiques.

Le but est que chacun ait les connaissances nécessaires pour se faire sa propre opinion et mettre en place les actions qu’il estime efficaces et nécessaires. Nous alertons cependant sur certaines idées reçues, notamment dans le parcours citoyen. Par exemple, beaucoup de personnes pensent qu’on sera plus à l’abri de la pollution dans sa voiture fenêtres fermées lors d’un épisode de bouchon plutôt qu’à pieds ou à vélo, alors que c’est totalement faux.

LD : Quels en ont été les acteurs et partenaires majeurs ?

Le développement d’Airducation a bénéficié du soutien de nombreux partenaires engagés aux côtés de l’UPEC et d’AirParif.

En plus des deux co-porteurs et des financeurs, 13 partenaires d’horizons très différents ont participé à des niveaux variés au développement du projet : des universités et centres de recherche, des institutions publiques, des collectivités et associations et des entreprises. L’aide pouvait être l’apport de documents scientifiques, la rédaction de contenus, la mise à disposition d’experts ou encore un apport financier.

Dans le cadre du Parcours Jeunes, l’Académie de Créteil nous a largement accompagnés afin que notre outil puisse s’inscrire au mieux dans les programmes scolaires.

Des professeurs du secondaire se sont investis aux côtés de l’équipe universitaire et des experts d’Airparif dans la rédaction des contenus. Encore aujourd’hui, alors que la phase projet en elle-même est terminée, l’Académie nous accompagne dans la phase de formation des enseignants et de diffusion du parcours.

Enfin, il y a eu un véritable portage politique de l’Université qui a inscrit l’axe « Santé, société et environnement » comme un des axes stratégiques de l’établissement.

LD : Souhaitez-vous, à l’avenir, développer une application mobile ?

Il n’est pas prévu pour le moment de développer une application. Le parcours jeunes a été développé de manière à être totalement jouable sur mobile et tablette. Nous avons toutefois plusieurs projets pour ce parcours et attendons beaucoup du retour des utilisateurs pour l’adapter !

Et si vous voulez découvrir le jeu et choisir votre parcours, c’est par ici :

Interview : L. Vidberg


Aidez-nous avec un don

Si vous avez aimez cet article faites un don !
Même pour 1 €, vous pouvez aider à pérenniser votre média positif Les Défricheurs. Merci.